Edition et Librairie

L’Asiathèque se développe et « affirme sa richesse éditoriale »

La nouvelle librairie de l'Asiathèque

L’Asiathèque se développe et « affirme sa richesse éditoriale »

Librairie, nouvelle collection et journées dédiées au livre de voyage, la maison créée en 1973 est sur tous les fronts à l’approche de l’été.
 

J’achète l’article 1.50 €

Par Pauline Gabinari,
Créé le 16.06.2021 à 18h33,
Mis à jour le 16.06.2021 à 19h00

« Pour moi la maison vit en ce moment un vrai essor ». Arrivé en 2009, Philippe Thiollier est éditeur à l’Asiathèque. Depuis une dizaine d’années, il développe la société pour lui permettre, au fil des saisons, de grandir et de s’adapter au goût du jour. 

Passionné par les questions d’identité, de genre et de langue, Philippe Thiollier oriente et modernise la ligne éditoriale de la maison. « Mon envie est d’ouvrir l’Asiathèque au monde et à la diversité », explique l’éditeur conscient de « l’orientalisme un peu désuet » auquel la maison pouvait être rattachée au début des années 2000. La société familiale se voit ainsi dotée de nouvelles collections dont deux nouvelles, Novella de Chine et Empreintes chinoises, lancées au printemps dernier.

Voyager

« Avec Novella, je souhaite donner la parole à des voix authentiques qui racontent la Chine et mettre en lumière le genre de la novella, très rependu dans ce pays », précise-t-il, prenant pour exemple l’ouvrage de Ren Xiaowen, Sur le balcon, une histoire de vengeance qui se déroule au cœur du vieux Shanghai. « Empreintes chinoises est plus classique, c’est l’occasion de proposer des textes érudits pour connaître davantage l'empire du milieu », ajoute-t-il.  

Maison de littérature au regard résolument tourné vers l’extérieur, l’Asiathèque s’engage également dans le livre de voyage. Elle s’associe à l’Union des éditeurs de voyage indépendants, un groupement de neuf éditeurs aux publications de parfums d'ailleurs. Cette union se pérennisera à l’occasion des premières journées du livre de voyage les 26 et 27 juin. Au programme, des rencontres, des signatures et des discussions dans une salle contigüe à la nouvelle librairie de l’Asiathèque qui, pour l’anecdote, était un ancien dancing de tango. Historiquement liée au Quartier Latin, elle s'est installée dans un quartier moins étudiant mais plus populaire, dans le 11e arrondissement, au 1 rue Deguerry. Métro Goncourt.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités