ILP lance l’impression de livres en Afrique | Livres Hebdo

Par Hervé Hugueny, le 11.11.2016 Exportation

ILP lance l’impression de livres en Afrique

Valérie Herman, responsable de la stratégie et du développement d’Impression Livre Partout, basée à Paris, et Abdoulaye Diallo, directeur au Sénégal. - Photo IMPRESSION LIVRE PARTOUT

"La production des premiers livres de L’Harmattan sera testée à Dakar en décembre, et la commercialisation auprès d’autres éditeurs commencera en janvier prochain", annonce Pierrick Chartois, gérant de Techniprint, coactionnaire de ILP (Impression Livre Partout). Créée cet été avec L’Harmattan et l’imprimeur numérique SoBook, la société dont la holding se trouve en France prévoit d’installer un réseau d’unités de production de livres numériques en Afrique, en commençant par le Sénégal où elle sera dirigée par Abdoulaye Diallo.

"Au lieu d’être expédiés par avion ou par bateau, ce qui prend au moins quatre semaines avec les délais de dédouanement, parfois très longs, les livres seront fabriqués sur place en fonction des commandes", explique Valérie Hermann, responsable de la stratégie et du développement, basée à Paris.

L’Harmattan, un des principaux exportateurs de livres en Afrique (hors scolaire), apporte son catalogue et une base d’activité minimale pour démarrer la production, dont l’objectif est d’atteindre 10 000 volumes par mois. SoBook fournit le système de gestion et de commande sécurisé, et Techniprint apporte son savoir-faire en fabrication et en maintenance.

"L’impression, noir et couleur, sera réalisée sur des presses feuilles Xerox, sur une chaîne de production complète comprenant façonnage et finition, dans un ensemble totalement sécurisé : tout ce qui passe sur le serveur et les presses est contrôlé, et les fichiers locaux seront détruits après chaque impression", précise Pierrick Chartois. Fondée en 1999, sa société fournit notamment les solutions d’impression de chéquiers pour l’ensemble de l’Afrique francophone.

Installée dans un bâtiment de L’Harmattan à Dakar, aménagé pour assurer des conditions de stockage du papier et de fabrication adaptées au climat local, cette première imprimerie numérique va employer cinq personnes. La grille tarifaire n’est pas encore fixée, d’autant que les prix pourront varier en fonction des services demandés, anticipe Valérie Hermann, à partir des contacts qu’elle a déjà pris chez les éditeurs ou les distributeurs. D’autres ouvertures sont prévues l’an prochain au Maroc et en Côte d’Ivoire, puis au Cameroun et en Algérie, ainsi qu’aux Antilles. L’objectif est d’être compétitif par rapport à l’exportation de livres imprimés en Europe, et à des tarifs adaptés aux niveaux de vie des pays concernés. Hervé Hugueny

Thématique

close

S’abonner à #La Lettre