A paraître

Fayard publiera le recueil de la poétesse Amanda Gorman

Amanda Gorman - Photo KELIA ANNE

Fayard publiera le recueil de la poétesse Amanda Gorman

La maison du groupe Hachette Livre a acquis les droits de The hill we climb ("La colline que nous gravissons"), poème déclamé par la jeune poétesse Amanda Gorman lors de la cérémonie d'investiture de Joe Biden. Il sera traduit par Lous and the Yakuza.

Par Isabel Contreras,
Créé le 17.02.2021 à 11h17,
Mis à jour le 17.02.2021 à 15h05

Fayard publiera en mai The Hill we climb de la poétesse Amanda Gorman, a confirmé mercredi 17 février l'éditeur français à Livres Hebdo. La jeune afro-américaine de 22 ans avait déclamé ce poème de sa composition lors de la cérémonie d'investiture de Joe Biden, le 20 janvier.

Vêtue de jaune, la tête coiffée d'un serre-tête rouge, Amanda Gorman avait fait sensation avec ses vers appelant à l'unité des Etats-Unis. Son poème faisait notamment référence à la colline du Capitole, où des partisans de Donald Trump avaient envahi le siège du Congrès le 6 janvier.

Les enchères ont réuni plusieurs éditeurs et se sont conclues par une somme à cinq chiffres. La version française de The hill we climb sera traduite par l’artiste Lous and the Yakuza et sera précédée d'un avant-propos de la star de la télévision américaine Oprah Winfrey. Fayard publiera également à l'automne le recueil The hill we climb and other poems.

Parutions en cascade

Les livres d'Amanda Gorman sont depuis plusieurs semaines en tête des ventes de livres sur Amazon aux Etats-Unis alors qu'ils n'ont pas encore été publiés. Les précommandes dépassent désormais Barack Obama, dont les mémoires, Une terre promise, ne sont qu'en 5e position dans cette liste de best-sellers.

Son livre pour enfants, Change Sings, sera publié le 21 septembre aux Etats-Unis et le lendemain chez Glénat jeunesse. Les odes sont illustrées par Loren Long, le dessinateur de Lettres à mes filles de Barack Obama. Un tirage d’un million d’exemplaires est prévu par l’éditeur américain, Penguin Random House.

Amanda Gorman n'avait rédigé que la moitié de The hill we climb lorsque des partisans de Donald Trump ont envahi le Capitole le 6 janvier. Horrifiée, elle a écrit d'une seule traite la fin de son poème qui, sans nier les maux du pays, prône l'unité pour avancer. "Nous ne sommes pas une Nation brisée, seulement une Nation pas finie".

Originaire de Los Angeles, élevée par une mère célibataire, elle souffrait de bégaiement dans son enfance - comme le 46e président - ce qui l'a encouragée à se tourner vers l'écriture. Enfant prodige, elle a remporté son premier prix de poésie à 16 ans, et a été couronnée du titre de "meilleur jeune poète" du pays trois ans plus tard, alors qu'elle étudiait la sociologie à la prestigieuse université Harvard.









 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités