Dossier

Dossier Littératures de l’imaginaire : rêver ensemble

Photo OLIVIER DION

Dossier Littératures de l’imaginaire : rêver ensemble

Mois de l’imaginaire, pétitions, états généraux aux Utopiales à Nantes, du 1er au 6 novembre… La profession se met en quatre pour tenter, par des initiatives collectives, de faire rayonner les littératures de l’imaginaire autant que les films et les séries qu’elles inspirent.

J’achète l’article 4.5 €

Par Benjamin Roure,
Créé le 27.10.2017 à 00h00,
Mis à jour le 27.10.2017 à 07h14

"Dans les années 1990, on vivait dans une certaine insouciance : la science-fiction était un mauvais genre mais on avait des libraires et des lecteurs en phase avec nous, alors on s’en moquait. Mais les crises économiques et Internet sont passés par là, et notre domaine a cessé de progresser. Il est sans doute temps de faire quelque chose ensemble." Mireille Rivalland, directrice de L’Atalante, résume bien l’esprit qui anime les éditeurs de l’imaginaire en ce moment. Des directeurs de collection de la même génération, postérieure à celle de Mireille Rivalland et Marion Mazauric d’Au Diable vauvert, qui dressent le constat que les littératures de SF et de fantasy peinent à gagner en reconnaissance, alors que ces univers emportent tout au cinéma, à la télé ou dans les jeux vidéo.

"On sent que ça plafonne, sans raison : on a eu plein de bons papiers sur le Net pour le dernier Jo Walton, mais sans vraie transformation en librairie."Pascal Godbillon, Denoël - Photo OLIVIER DION

Travailler de concert

Car les best-sellers de Bernard Werber, Maxime Chattam ou Stephen King ne cachent pas très longtemps les déceptions d’un rayon très créatif, mais souvent boudé des non-spécialistes. "On sent que ça plafonne, sans raison : on a eu plein de bons papiers sur le Net pour le dernier Jo Walton, mais sans vraie transformation en librairie, regrette Pascal Godbillon de "Lunes d’encre" (Denoël) et qui gère aussi "Folio SF". Avec tous ces bons articles-là, dans un autre genre, on vendrait beaucoup plus !" Stéphane Desa, qui dirige les collections imaginaires chez Pocket et chez Fleuve ("Outre-fleuve"), ne dit pas autre chose : "Nous avons une communauté très impliquée, mais qui ne s’étend pas. Alors que toute la culture pop, innervée par la fantasy et la SF, est devenue dominante, la littérature n’arrive pas à s’engouffrer dans le mouvement." Voilà une des raisons qui ont conduit plus de quinze éditeurs à lancer ensemble le Mois de l’imaginaire, en octobre.

"Alors que toute la culture pop, innervée par la fantasy et la SF, est devenue dominante, la littérature n’arrive pas à s’engouffrer dans le mouvement."Stéphane Desa, Pocket et Fleuve - Photo OLIVIER DION

"C’est une opération de lisibilité en librairie, décrit Stéphane Marsan, patron de Bragelonne. L’idée est qu’on aide le libraire dans sa sélection une fois dans l’année pour qu’il fasse bouger son rayon, qu’il s’y intéresse, et qu’à terme il garde quelques titres de fond." Sous un logo unique, avec une attachée de presse commune et une page Facebook alimentée à tour de rôle, chaque éditeur s’implique selon ses possibilités et ses envies : organisation de séances de dédicaces, de rencontres, et pour les plus puissants des opérations commerciales avec PLV, bonus et goodies. "C’est un temps fort de l’année pour nous, reconnaît Stéphane Desa. Avec un envoi d’une plaquette Pocket aux libraires pour présenter le fonds et les nouveautés, mais aussi des mises en place particulières en magasin, des prises de parole sur les réseaux sociaux, des concours…"

"Je me suis investi dans le Mois de l’imaginaire. Mais ce n’est pas qu’une position de principe, c’est du commercial : il nous faut des résultats !"Mathias Echenay, La Volte - Photo OLIVIER DION

Chez J’ai lu, le chef de produit marketing, Manuel Soufflard, espère générer avec cette communication groupée "un effet d’entraînement qui poussera les gens à aller en librairie en octobre". En amont, il se voulait optimiste au regard des premières remontées du terrain : "On note de 15 à 20 % d’implantations supplémentaires grâce à l’opération, ce qui montre que les libraires ont confiance dans l’écoulement des titres commandés." Libraire chargée du rayon imaginaire à la Librairie de Paris, à Saint-Etienne, Anne-Laure le confirme : "Je profite du Mois de l’imaginaire pour faire une table avec uniquement du fonds, sélectionné avec les représentants - ce que d’ordinaire je fais plutôt en fin d’année. Cela me permet de montrer d’autres livres que les nouveautés, parfois plus exigeants."

Les chiffres qui font mal

C’est un travail de fourmi auquel les animateurs des états généraux de l’imaginaire, qui se tiendront aux Utopiales à Nantes, se sont attelés. Ils ont scruté les programmes, croisé les études et analysé notamment la part représentée par les livres d’imaginaire dans les grands médias. Et le résultat est sans appel. Entre septembre 2016 et septembre 2017, Le Monde des livres n’a consacré que 27 articles sur 1 432 à un livre d’imaginaire, soit 1,88 %. A la télévision, dans "La grande librairie" sur France 5, l’imaginaire n’a été représenté la saison passée que par 1 seul invité sur 232 et 1 conseil de lecture sur 41 ; et le "Vive les livres" de Patrick Poivre d’Arvor sur CNews ne fait guère mieux (1 livre mentionné en 17 émissions). A la radio, dans "Les livres ont la parole" sur RTL, 1 invité sur 29 parlait d’imaginaire, et sur France Info, dans "Le livre du jour", 7 invités sur 206, soit 3,4 %. Un chiffre approchant toutefois le poids de l’imaginaire dans le total des ventes de livres en France. Maigre consolation.

article/periodical/44676_11.encadre

A l’heure où nous mettons sous presse, il est trop tôt pour tirer un bilan du Mois de l’imaginaire. "Au moins, il montre que nous pouvons travailler de concert, dans une belle énergie", se félicite Audrey Petit, au Livre de poche. "Nous nous sommes réunis d’abord entre éditeurs de poche, que nous connaissons bien, puis nous avons ouvert l’initiative à tous, rappelle Stéphane Marsan. Cela n’a pas été simple, il a fallu se mettre d’accord sur tout, mettre au pot aussi, en se disant que les éditeurs les plus importants feraient le plus gros du boulot mais qu’ils en retireraient le plus…" Car "il y a des différences énormes entre nous !, rappelle Mathias Echenay, fondateur de La Volte. Mais, nous partageons une envie, une volonté, un ras-le-bol aussi parfois… C’est pourquoi je me suis investi dans le Mois de l’imaginaire. Mais ce n’est pas qu’une position de principe, c’est du commercial : il nous faut des résultats !"

Sous-représentation médiatique

En attendant ces résultats, que les éditeurs imaginent à tout le moins encourageants car ils sont persuadés que le Mois de l’imaginaire reviendra en 2018, on ne peut que constater que 2017 restera comme l’année des initiatives collectives. Il y a d’abord eu cette idée d’un syndicat des petits éditeurs, initiée par Davy Athuil et son Peuple de Mü, qui avait déjà fondé Le Dépôt imaginaire à Lyon pour tenter de trouver des solutions alternatives de diffusion et distribution. Une idée de syndicat qui reste pour l’heure en suspens. Mais qui a été vite suivie de l’Appel de l’imaginaire, une pétition lancée par L’Atalante, ActuSF, Au Diable vauvert, Le Bélial’, Mnémos, La Volte, Les Moutons électriques et Critic, afin de fédérer les différents acteurs autour d’une réflexion puis d’actions communes pour mieux promouvoir la SF, la fantasy et le fantastique.

Forte de ses quelque 1 400 signatures, elle préfigure la mobilisation de la profession, enfin surtout des auteurs et petits éditeurs, pour les états généraux de l’imaginaire qui se tiendront aux Utopiales. "Il semble y avoir un alignement des astres pour transformer quelque chose qui n’existe jusqu’ici qu’en pointillés, glisse Mathias Echenay. Avant les états généraux, on voulait créer une association. Mais on ne voulait pas donner l’impression de créer quelque chose et demander ensuite aux autres d’y adhérer. Il faut rester ouvert à tous." Jérôme Vincent, chez ActuSF, précise un des objectifs de cet événement : "Collectivement, nous avons l’impression que la presse généraliste ne parle pas assez de nous. Nous avons alors lancé une étude, avec des universitaires, des auteurs, des blogueurs, des éditeurs, pour vérifier et produire une vision globale étayée de la situation. C’est à partir de là que nous pourrons établir une proposition commune pour améliorer notre visibilité."

A L’Atalante, Mireille Rivalland abonde dans ce sens : "Nous avons une croisade à mener pour que le rapport médiatique change, et nous devons la mener collectivement. Car il est inadmissible que notre littérature soit à ce point ignorée et que des chefs-d’œuvre passent complètement inaperçus." Frédéric Weill, chez Mnémos, s’insurge aussi, mais prévient : "Assumons qui nous sommes : une littérature qui décrypte le présent et le réel, au sein d’une culture aujourd’hui majoritaire ! Les jurys des prix littéraires ont tort de nous mépriser et la presse devrait se pencher sur nos talentueux auteurs. Mais les états généraux ne doivent pas s’en tenir à un simple cahier de doléances, ils doivent être le premier pas vers de nouveaux projets." Stéphane Marsan le formule ainsi : "La sous-représentation médiatique est d’autant plus désagréable que le renouvellement des générations chez les journalistes ne semble pas y changer grand-chose. Mais attention, il ne faut pas tomber dans la guérilla ou dans l’agressivité. Il faut avant tout améliorer la médiation."

Dopé au fantastique

Réussir à séduire les libraires pour que ceux-ci convainquent leurs clients d’aller au-delà du Trône de fer, c’est le grand objectif des éditeurs aujourd’hui. "La génération des premiers lecteurs d’Harry Potter a 30 ans maintenant, l’imaginaire doit leur parler", espère Mireille Rivalland. "Ce sont les gros lecteurs ados qu’on perd", complète avec regret Stéphane Marsan. En effet, le secteur vit, peut-être plus qu’un autre, au rythme de ses locomotives, et les résultats des grandes et petites maisons sont en permanence sur la brèche. Au Livre de poche, par exemple, l’année 2017 a été un excellent cru, l’éditeur passant même d’une courte tête devant Milady sur le rayon poche. Le young adult et la fantasy en recul, c’est le fantastique avec Stephen King qui a spectaculairement dopé les chiffres, ainsi que la version poche de Métro 2033, permettant à Audrey Petit de voir plus loin : "Il y a eu des périodes de vaches maigres, mais j’ai l’impression qu’on entre dans un cycle vertueux. Cela nous laisse la possibilité de repérer des auteurs à fort potentiel populaire et de mettre tous nos outils marketing pour les faire exploser." Elle mise ainsi beaucoup sur les univers fantasy de Brandon Sanderson et Le sommeil des géants de Sylvain Neuvel.

Manuel Soufflard et Thibaud Eliroff, J’ai lu. - Photo OLIVIER DION

Chez Pocket, Stéphane Desa se satisfait de l’exercice, mais se dit "déçu" des résultats d’"Outre-fleuve". Cependant il espère beaucoup de l’arrivée au catalogue de La dynastie Dandelion de Ken Liu et The Vorrh de Brian Catling. Toujours en poche, J’ai lu surfe sur la série Game of thrones, aux couvertures relookées cette année, mais se félicite également de ses trois Stephen King, dont La tour sombre. "Le film a généré 20 000 ventes supplémentaires", sourit Manuel Soufflard, qui voit toutefois dans le bilan positif de l’année "davantage un effet programmation qu’un effet de marché". Le directeur de collection Thibaud Eliroff, chargé aussi de Nouveaux Millénaires, avoue une déception sur Planetfall d’Emma Newman. "Nous publierons son deuxième roman l’an prochain et c’est une auteure que nous allons pousser. Tout comme Déracinée de Naomi Novik." 2018 sera aussi, pour J’ai lu et Pygmalion, une année spéciale Robin Hobb, la plus grosse vendeuse du groupe avec George R. R. Martin : sa saga L’assassin royal fêtera les 20 ans de sa première publication en France.

Fantasy épique

Côté poche, les indépendants ne sont pas en reste. L’Atalante, après en avoir longtemps repoussé l’idée, a lancé sa collection cette année et s’en félicite. "Cela nous permet de faire revivre notre fonds des années 1990, explique Mireille Rivalland. Nous allons poursuivre au rythme d’une dizaine de sorties par an, deux par deux sans doute, pour jouer sur l’effet collection." Autre réussite, la collection "Hélios" et son pendant jeunesse "Naos", communs à ActuSF, Les Moutons électriques et Mnémos. "On est en train de gagner ce pari de travailler à trois, ce qui n’était pas évident au départ, se réjouit Jérôme Vincent, chez ActuSF. En revanche, nous allons peut-être réorienter "Naos" vers le young adult." Sur le front des genres, la science-fiction poursuit son expansion, que ce soit pour "Lunes d’encre", chez J’ai lu ou des éditeurs non spécialisés.

Chez Bragelonne, leader du secteur en grand format, on croit à autre chose : "Oui, il y a eu des bonnes ventes en SF hors space opera, mais ça ne signifie pas que tout le monde en veut, analyse Stéphane Marsan. Selon moi, la fantasy épique est de retour, profitant de l’érosion de la bit-lit et de l’installation de Game of thrones. C’est le genre durable par excellence. Nous aurons ainsi trois gros lancements en 2018, dont un majeur : Blackwing d’Ed McDonald." A La Volte, Mathias Echenay refuse les étiquettes de genre mais annonce "une année charnière" pour sa maison, avec davantage de titres publiés. En ligne de mire pour 2018 et 2019, les nouveaux romans d’Alain Damasio et Stéphane Beauverger. D’ici là, les auteurs et éditeurs auront peut-être trouvé des voies d’action pour mieux faire reconnaître leur production. Communes, évidemment.
 

A Lyon, le rêve d’une Maison de l’imaginaire

Au Dépôt imaginaire, installé dans une ancienne librairie de comics de la rue Garibaldi, à Lyon, on trouve des dessins originaux au mur, et surtout des livres de Malpertuis ou du Peuple de Mü, dont le récent Petit blanc de Nicolas Cartelet. "Je l’ai envoyé à la sélection du Goncourt !", s’amuse son éditeur Davy Athuil, qui a créé le Dépôt comme une solution alternative de diffusion-distribution pour six petits éditeurs en mal de présence en librairie. Dans le même esprit, il avait lancé en début d’année l’idée d’un syndicat des petits éditeurs de SF. Une initiative sans doute prématurée, mais pas étrangère à celle des états généraux à venir aux Utopiales.

Toutefois, Davy Athuil a un plan plus large. "La Maison de l’imaginaireaurait un pan culturel, avec des expos, des rencontres. Un pan patrimonial pour créer, avec les bibliothèques, un fonds d’ouvrages sur l’imaginaire, voire des presses universitaires. Un pan éducatif avec des conférences et des ateliers d’écriture. Et un think tank pour les entreprises et institutions, qui recourraient aux auteurs pour brosser des visions d’avenir." Davy Athuil s’inspire là d’expériences menées au Japon ou aux Etats-Unis, et y voit l’opportunité de financer sur fonds privés ce lieu interdisciplinaire, tourné vers le théâtre ou les arts plastiques. "Un tel lieu pourrait apporter un complément de revenus aux auteurs", se réjouit Jérôme Vincent d’ActuSF.

Pour l’heure, Davy Athuil sollicite les pouvoirs publics locaux pour obtenir le coup de pouce initial - un espace de 100 m2 et 60 000 euros environ. Il complétera ensuite par un crowdfunding et lancera un fonds de dotation privé. D’autres éditeurs indépendants avancent sur des projets similaires, mais préféreraient avoir un gros financement avant de se lancer… Davy Athuil, lui, veut montrer son savoir-faire afin de séduire. Même s’il doit commencer petit. Il démarrera dès la fin 2017 avec deux conférences soutenues par la Drac, labellisées Maison de l’imaginaire. Le rêve n’a jamais été aussi près de devenir réalité.

article/periodical/44676_12.encadre

La fantasy et la SF en chiffres

La production
Nouveautés et nouvelles éditions - Photo SOURCE : LIVRES HEBDO/ELECTRE.COM

A 885 nouveautés et nouvelles éditions (- 4 %) d’après nos données Livres Hebdo/electre.com, la production de romans fantastiques et de science-fiction conserve en 2016 un niveau proche de celui des cinq années précédentes.

article/periodical/45102_1.encadre
Répartition des ventes par format
En nombre d’exemplaires vendus d’octobre 2016 à septembre 2017 - Photo SOURCE : GFK/LIVRES HEBDO

Après avoir chuté significativement en 2015, la part du grand format dans les ventes d’ouvrages de fantasy et de science-fiction, évaluées par GFK à 49,3 millions d’euros (+ 4,6 %) pour 4,2 millions de volumes vendus (+ 2,9 %), s’est relevée à 30 % sur les douze derniers mois. Le prix moyen des exemplaires vendus s’élève à 11,60 euros, en hausse de 1,7 %.

article/periodical/45102_2.encadre
Les principaux éditeurs
Ventes en valeur d’octobre 2016 à septembre 2017 - Photo SOURCE : GFK/LIVRES HEBDO

Albin Michel fait une percée et Le Livre de poche renforce sensiblement ses positions sur le marché des littératures de l’imaginaire, contrôlé à 82,8 % par ses cinq principaux acteurs.

article/periodical/45102_3.encadre

Gilles Dumay : "Je veux assumer des vaisseaux spatiaux en couverture"

Gilles Dumay, qui a fondé "Lunes d’encre" chez Denoël en 1998, l’a quittée pour créer une nouvelle collection chez Albin Michel, qui n’a pas encore de nom.

Photo OLIVIER DION

Quelle est votre ambition pour cette nouvelle collection ?

Albin Michel publie de l’imaginaire depuis longtemps, avec Maxime Chattam, Bernard Werber, Stephen King… Ou des œuvres très littéraires comme Les sables de l’Amargosa. Je souhaite pour ma part m’adresser au public spécifique de l’imaginaire, aux fans qui portent des tee-shirts bizarres comme les miens. Partir du cœur de cible, pour rayonner vers le grand public et le toucher. Je veux assumer l’imaginaire, avec des vaisseaux spatiaux en couverture, des dragons, des cités flottantes… Nous prévoyons dix à douze titres par an, dont les premiers sortiront avant les Utopiales 2018.

Que pensez-vous de la mobilisation collective pour mieux valoriser le genre ?

Je ne pense pas que l’imaginaire ait besoin d’être légitimé. Au cinéma, en série télé, en BD, c’est la culture dominante. Ça ne l’est pas en littérature, du moins en France. Mais le lectorat existe, les succès de romans ambitieux et indubitablement littéraires comme La horde du contrevent ou Gagner la guerre en sont la preuve flagrante.

Pour vous, l’imaginaire littéraire n’est donc pas en crise ?

C’est le contraire : il est dans une telle dynamique qu’il ambitionne maintenant de briser les derniers murs encore dressés sur son chemin. Si vous doutez de sa vitalité, venez aux Utopiales. Dix ou quinze fois plus de public payant que dans une Worldcon américaine. Et ça se passe chez nous !

Meilleures ventes : le roi King

Au Livre de poche, il y a des années plus belles que d’autres : 2017 fera partie des très bons crus. En imaginaire, sur le seul segment poche, la filiale d’Hachette dépasse Milady (marque poche de Bragelonne) dans le Top 50. Notamment grâce aux valeurs sûres Stephen King (trois titres dans le top 15) et Bernard Werber, mais aussi à la poursuite d’exploitation de Silo et à la version poche de Métro 2033. Il faut dire que les romans de Stephen King, dans le sillage du Bazar des mauvais rêves, paru chez Albin Michel il y a un an, sont aussi portés par les adaptations au cinéma de Ça et de La tour sombre. Ils sont au nombre de 8 dans le top 50, et 23 dans le top 200 ! King fait aussi les beaux jours de J’ai lu, aux côtés de George R. R. Martin et Robin Hobb. Pocket et Folio, de leur côté, s’appuient toujours sur leurs classiques, parmi lesquels s’installe La horde du contrevent (Folio), dont les réassorts, chose rare, augmentent chaque année.

Même si Albin Michel grignote des places en grand format grâce à sa trinité Chattam-King-Werber, Bragelonne demeure toujours leader tous formats confondus. Principale bonne nouvelle pour lui, outre le succès durable de la saga du Sorceleur, Les chroniques de Nicci de Terry Goodkind, dont le premier tome dépasse les 10 000 exemplaires écoulés et échoue juste au pied du Top 50. En poche, l’éditeur se félicite de la réussite de Mage de guerre de Stephen Aryan, lauréat du premier prix Hellfest Inferno. Si King est toujours le roi, les héritiers sont bien là.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités