Aurélie Filippetti fait faux-bond à l’institut culturel Google | Livres Hebdo

Par Souen Léger, le 10.12.2013 à 17h22 (mis à jour le 10.12.2013 à 18h00) Inauguration

Aurélie Filippetti fait faux-bond à l’institut culturel Google

Aurélie Filippetti - Photo © O. DION

Conviée à l’inauguration du Lab de l’institut culturel Google, installé à Paris, la ministre de la Culture a finalement décliné l’invitation.

Aurélie Filippetti ne se rendra pas, mardi 10 décembre, à l’inauguration du Lab de l’institut culturel Google installé au siège parisien du groupe. “Malgré la qualité du projet conduit, la ministre ne veut pas servir de caution à une opération qui occulte un certain nombre de questions qu’il reste à traiter avec Google”, a expliqué son cabinet à Livres Hebdo.
 
Après avoir accepté l’invitation dans un premier temps, Aurélie Flippetti a préféré boycotter l’événement, craignant une récupération de sa présence. Selon elle, le géant américain n’a pas fourni assez de garanties sur des sujets pourtant cruciaux.
 
Fiscalité, protection des données personnelles, diversité culturelle ou encore lutte contre le piratage sont quelques-uns des dossiers sur lesquels la ministre attend un engagement de l’entreprise.

Un espace de rencontre entre technologie et culture
 
De son côté, Google France se dit “surpris de la décision personnelle de la ministre de la Culture de ne pas venir aujourd'hui” mais assure être “très fier de l’ouverture de l’institut culturel qui constitue un investissement significatif en France pour la démocratisation de l’accès à la culture”.
 
Dirigé par Laurent Gaveau, précédemment chargé des nouvelles technologies au château de Versailles, le Lab s’étend sur 340m2 au sein de l’institut culturel.
Le "lounge" à l'entrée du Lab de l'institut culturel Google basé à Paris. - Photo THOMAS DERON
Il est destiné à encourager l’innovation et la collaboration entre le secteur des nouvelles technologies et les acteurs de la culture. Le lieu abrite déjà une imprimante 3D, un appareil photo en Gigapixels ainsi qu'un écran géant interactif de 65m2.
 
Un projet de résidence pour jeunes artistes, des ateliers et des séminaires sont également prévus. Un premier rendez-vous “Femmes artistes / Femmes ingénieures - une esthétique de la rareté” sera organisé par Camille Morineau, conservatrice du Patrimoine et commissaire de l’exposition "Elles@centrepompidou" en 2009.
close

S’abonner à #La Lettre