Les libraires s’opposent à la généralisation des ouvertures des commerces culturels le dimanche | Livres Hebdo

Par Clarisse Normand, le 06.05.2015 à 17h41 (mis à jour le 06.05.2015 à 18h00) - 3 commentaires Librairie

Les libraires s’opposent à la généralisation des ouvertures des commerces culturels le dimanche

Photo O. DION

Dans un communiqué de presse daté du 6 mai, le SLF fait part de l’opposition des libraires à l’amendement adopté par le Sénat pour généraliser l’ouverture dominicale des commerces culturels sur l’ensemble du territoire.

Dès le lendemain du vote par le Sénat d’un amendement visant, dans le cadre de la loi Macron, à généraliser l’ouverture le dimanche des commerces culturels sur l’ensemble du territoire, le Syndicat de la librairie française réagit. "Les libraires ne sont pas demandeurs d’une dérogation généralisée au repos dominical" déclare le SLF dans un communiqué de presse envoyé le 6 mai.

Le SLF explique qu’"en dehors des exceptions liées à la présence d’un marché ou d’une zone touristique, l’ouverture dominicale n’est pas rentable pour les librairies, commerces à forte intensité de main-d’œuvre…  L’ouverture dominicale entraîne une répartition différente des achats de livres sur la semaine davantage qu’une croissance nette du chiffre d’affaires, le temps de lecture n’étant pas extensible."

Contrant aussi l’idée que l’ouverture dominicale puisse être une réponse à la concurrence du commerce électronique, le SLF rappelle, en citant l'article paru dans Livres Hebdo , que "depuis plusieurs mois, les librairies indépendantes progressent alors que la vente en ligne marque le pas, voire régresse. Cette évolution prouve que c’est principalement en se distinguant d’Internet et en offrant un service de qualité au niveau de l’accueil, du conseil, de la diversité de l’offre et des animations que l’on peut développer sa clientèle et son chiffre d’affaires."

Mais surtout le syndicat s'inquiète de l'absence de définition concernant le terme "commerces de détail de biens culturels". "La grande distribution qui vend des biens culturels relève-t-elle de cette dérogation? Les chaînes spécialisées sont-elles également concernées alors qu’elles ne réalisent plus qu’une part minoritaire de leur chiffre d’affaires avec les produits culturels ? Si tel était le cas, les librairies se retrouveraient désavantagées par rapport à des chaînes qui pourraient ouvrir le dimanche avec un personnel réduit et des charges inférieures."

Cet article fait partie du dossier:

Commentaire récent

“ En réponse à François l'anonyme, votre remarque met simplement en lumière votre profond mépris des libraires et de leur fonctionnement dans les conditions sociales actuelles, si vous préférez al... ” Patrick il y a 5 ans à 16 h 18
close

S’abonner à #La Lettre