Par Cécilia Lacour, le 20.05.2017 à 19h30

Lauréat

Marcus Malte, premier récipiendaire du prix Cardinal Perraud

Olivier Dion

L’évêque d’Autun remettra pour la première fois le 1er juin, le prix Cardinal Perraud à Marcus Malte pour Le garçon (Zulma, 2016).

L’évêque d’Autun (Saône-et-Loire) remettra, le 1er juin, le prix Cardinal Perraud à Marcus Malte pour Le garçon (Zulma, 2016), déjà lauréat du prix Femina 2016.
 
"Je ne m’attendais pas à être primé par des gens d’Eglise", s’est étonné auprès de l'AFP Marcus Malte qui estime que plusieurs passages de son roman "pourraient heurter certains croyants". Mais ce prix est "le signe plutôt encourageant d’une ouverture d’esprit", selon l’auteur.
 
Le choix de récompenser Marcus Malte correspond "à la perception par le jury de signes d’espérance, d’un certain rapport à la vie et à la mort, de traces d’incarnation ou de résurrection" dans le roman, explique l’évêque en saluant la "qualité littéraire [d’une] œuvre de liberté et de beauté [qui] interroge sur la condition humaine".

Le jury du prix, qui porte le nom d’un cardinal qui était aussi historien et académicien, est constitué de prêtres mais aussi de laïcs. "Il n’y a pas de foi sans culture", a justifié, auprès de l’AFP, l’évêque Benoît Rivière, qui explique avoir créé ce prix, cette année, pour promouvoir un "vrai dialogue entre chrétiens et artistes", jugeant que l’Eglise est insuffisamment à l’écoute des créations artistiques contemporaines.

# Services
close

S’abonner à #La Lettre