Par Cécilia Lacour, le 01.02.2018 à 14h00

Liberté de publier

L'éditeur et auteur Gui Minhai lauréat du prix Voltaire 2018

DR

L'éditeur et auteur Gui Minhai avait été emprisonné par les autorités chinoises en 2015 avant d'être libéré en octobre dernier. Il est mystérieusement porté disparu depuis le 20 janvier.

L'Union internationale des éditeurs (UIE) a décerné son prix Voltaire – qui récompense chaque année une personnalité ou un groupe qui lutte pour la liberté d'expression – à Gui Minhai. Cet éditeur et auteur de nationalité suédoise et copropriétaire de la maison d'édition Mighty Current, basée à Hong Kong, aurait été enlevé en Chine, samedi 20 janvier, par un groupe de dix hommes. En octobre 2015, Gui Minhai avait déjà été enlevé par les autorités chinoises, avec quatre de ses collègues, avant d'être relâché deux ans plus tard. L'éditeur était déjà en lice pour remporter l'édition 2017 du prix.
 
"Gui Minhai a contribué à la libre circulation des idées, en participant à des conférences sur les droits de l'Homme et en siégeant au sein du Pen club [l'association internationale d'écrivains, ndlr] de la Chine indépendante. Le traitement qui lui a été réservé par les autorités chinoises a des effets effrayants sur l'industrie de l'édition à Hong Kong, qui était un temps vibrante et audacieuse", estime l'UIE dans un communiqué.
 
La distinction accordée à Gui Minhai tend à "rendre hommage à sa volonté de continuer à publier des ouvrages en dépit des risques encourus". Le prix Voltaire 2018 sera remis le 12 février, pendant le Congrès des éditeurs internationaux organisé à New Delhi.
 
L'année dernière, le prix Voltaire avait été décerné au journaliste turc Turhan Günay, également éditeur chez Cumhuriyet Books, arrêté en octobre 2016 aux côtés d'autres collaborateurs du journal Cumhuriyet comme Asli Erdogan. L'UIE avait également décidé de récompenser la maison d'édition Evrensel, fermée par les autorités turques.

# Services
close

S’abonner à #La Lettre